0
tonnes de déchets plastique flottants dans nos océans en 2015

LE DÉCHET QUI POLLUE LE MOINS EST CELUI QU’ON NE PRODUIT PAS.

RÉDUISONS LES DÉCHETS À LA SOURCE.

Chaque année, près de 4 milliards de tonnes de déchets sont générés dans le monde. La majorité de ces déchets polluent les terres et surtout les océans. Il y a aujourd’hui plus de 270 000 tonnes de déchets plastique dans nos océans et plus de 5 milliards de morceaux ou macro déchet. (source: PLOS ONE, déc 2014)

Étouffement de mammifères marins, asphyxie des océans et danger pour l’Homme, cette pollution a de nombreuses conséquences néfastes sur le monde :

 impacts déchets v2

L’OCÉAN, NOTRE AVENIR EN DÉPEND

L’océan est notre « poumon bleu ». C’est lui qui fabrique la moitié de l’oxygène, c’est donc notre fournisseur officiel d’oxygène ! Mais l’océan est également un régulateur de température : ses courants chauds et froids sont indispensables à l’équilibre climatique de notre planète. Notre avenir dépend de sa bonne santé.

flèche

Une meilleure gestion des déchets est au cœur du défi de la transition énergétique et du développement de l’économie circulaire !

L’Océan fournit 50% de l'oxygène que nous respirons

L’Océan représente 71% de la surface de la terre

Il y a 50 fois plus de CO2 dans l’Océan que dans l'atmosphère

L’Océan stocke et redistribue d'énorme quantité de chaleur grâce aux courants marins. C'est le thermostat de la planète !

VERS UNE ÉCONOMIE POSITIVE ET RÉGÉNÉRATRICE

Il est grand temps de repenser l’ensemble du système afin de mettre en oeuvre une économie positive et régénératrice. Notre mode économique, dit linéaire, se résume à “extraire – fabriquer – consommer – jeter”. Cependant ce mode économique n’est possible que si les ressources sont illimitées, facile d’accès et éliminables simplement et à moindre coût. Ce n’est pas le cas.

Le modèle le plus adapté pour relever les défis actuels et futurs liés au dérèglement climatique est selon beaucoup d’expert : l’économie circulaire. Le concept a été popularisé grâce à la navigatrice Ellen Macarthur. Après sa course autour du monde elle réalise que les ressources sur terre sont comme sur un bateau : très limitées. Elle décide alors de créer sa fondation pour développer le modèle de l’économie circulaire en partenariat avec les entreprises.

L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE ? 

L’économie circulaire vise l’élimination des déchets en les transformant en ressources: ce qui revient à boucler la boucle, comme le cycle naturel. Ce modèle de cycle fermé est basé sur l’utilisation des énergies renouvelables, l’élimination des produits chimiques toxiques grâce à une conception plus réfléchie des produits, des matériaux et des systèmes.

Le problème reste que pour le moment les  consommateurs et les entreprises ne disposent pas des informations, de la confiance et des capacités nécessaires pour contribuer à l’économie circulaire. Mais ils restent pourtant les principaux acteurs de la transition vers une économie plus circulaire. Il est donc primordial de faire connaître l’économie circulaire au plus grand nombre et montrer qu’il existe déjà beaucoup d’initiatives qui vont dans ce sens.

“Vers une croissance durable et respectueuse de l’environnement“ 

Ellen Macarthur – Fondation Ellen Macarthur  

L’élimination des déchets et l’utilisation des énergies renouvelables sont donc à la base du principe de l’économie circulaire, c’est pourquoi nous avons décidé de réalisé un tour du monde zéro déchet sur un voilier, dans le but de promouvoir cette économie positive et régénératrice.

“L’économie circulaire est une réponse concrète aux grands défis de notre temps que sont le dérèglement climatique et l’érosion massive de la biodiversité” 

Anne Hidalgo – Maire de Paris – Livre Blanc de l’économie circulaire 2015  

COMPRENDRE LE CONCEPT DE L’ECONOMIE CIRCULAIRE

– Publications de la fondation Ellen Macarthur : Cliquez ici

– Publications de l’institut de l’Economie Circulaire : Cliquez ici

– Livre de Zero Waste France : « Le scénario Zero Waste » 

– Livre de Béa Johnson : « Zero Waste Home » 

– Dossiers de presse Surfrider Foundation : Cliquez ici